Loading...
 

MELIES, CABARET MAGIQUE

Spectacle de cinéma, magie, théâtre, musique

 



affiche

Le Théâtre à Bretelles et ses complices se proposent de faire découvrir, à travers une mise en scène légère et fantaisiste, la personnalité et l’oeuvre de Georges Méliès, telles qu’elles se manifestèrent tant au Théâtre Robert Houdin que dans des baraques foraines : le Cinématographe comme Spectacle complet.


Aujourd'hui, le spectacle entremêle la projection d’une vingtaine de films (choisis souvent pour leur relation à l’illusionnisme, mais avec aussi le tout premier film consacré à l'Affaire Dreyfus, que Méliès tourne en 1899), des numéros de magie, boniments, dialogues, bruitages, et musique, grâce à deux comédiens-présentateurs à 3 ou 4 voix, un magicien à 12 ou 15 doigts, un(e) ou deux pianistes à 2 ou 4 mains, et un projectionniste à 3 casquettes.

Texte, jeu, accordéon, bugle, bruitages : Laurent Berman et Anne Quesemand
Musiques originales : Laurent Grynszpan
Magie en alternance :  Sylvain Solustri 
Piano : Laurent Grynszpan et Betsy Schlesinger
Projection, régie, accordéon : Samuel Zucca 
'Coproduction : Le Théâtre à Bretelles - La Vieille Grille
Avec le soutien de Lobster Films et de la SPEDIDAM
Avec l’amitié de Madeleine Malthête-Méliès

Chargé de communication : Michael Kitaïevitch ( michael.kitaievitch2 at gmail.com )

BandeBlanche.png

   Image

 

Méliès, le cinémagicien

Melies S Solustri 1569 Pionnier du spectacle cinématographique, Georges Méliès (1861 - 1938), créa les trucages optiques appelés de nos jours "effets spéciaux". Il eut l'intuition merveilleuse d'associer ses talents de magicien et de comédien à la nouvelle technique du cinématographe, et de montrer ses « vues animées » tant au Théâtre Robert Houdin, dont il était propriétaire, que dans les baraques foraines auxquelles il les vendait. Travailleur infatigable et rigoureux, il fut le premier réalisateur de films de fiction autant comme scénariste, comédien, magicien, bonimenteur, mélomane que comme producteur, décorateur, accessoiriste, costumier, dessinateur, coloriste… et créa le premier studio de cinéma à Montreuil. Son imagination sans limite nous entraîne avec virtuosité, espièglerie et enchantement dans des domaines aussi variés que le burlesque, le fantastique et la reconstitution documentaire au travers d'une oeuvre considérable de 520 "vues animées" de 1 à 40 minutes tournées entre 1896 et 1913. Détruits ou perdus, ces films, en partie retrouvés grâce au travail de bénédictins de sa petite-fille Madeleine Malthête-Méliès d’abord, puis de Serge Bromberg, archéologue-restaurateur de pellicules avec Lobster Films, nous font découvrir le génie foisonnant de Méliès. « C'était l'alchimiste de la lumière... » Charlie Chaplin « Je lui dois tout. » D. W. Griffith Méliès, «un prestidigitateur qui mit le cinématographe dans un chapeau pour en faire sortir le cinéma.» Edgar Morin

Liste des films projetés

1) Escamotage d’une dame chez Robert Houdin 1’15
2) La Lanterne magique 4’56
3) Un homme de tête 1’05
4) Le déshabillage impossible 1’54
5) Les cartes vivantes 2’52
6) La chrysalide et le papillon 1’59
7) Le Locataire diabolique 7’ couleur
8) Les Nouvelles luttes extravagantes 2’14
9) La Danseuse microscopique 2’43
10) Le Mélomane 2’48
11) La Tentation de St Antoine 1’10
12) Eclipse de soleil en pleine lune 9’
13) Aff. Dreyfus : Attentat contre Maître Laborit 1’01
14) L’Autobus des toqués 1’
15) Le Tripot clandestin 3’7
16) Excelsior 2’
17) Le Voyage dans la lune 12’46
Soit environ 60’ de projection,

Note de mise en scène

Méliès, homme de théâtre, nous regarde et salue. Comme au théâtre. Présent dans ses films et sur scène, en effigie, sous la forme d’un automate, comme il en montrait en son Théâtre Robert-Houdin, il semble nous filmer.
Nous ? Les pianistes, les bonimenteurs, le magicien et le public. IMAGE, miroir de MAGIE, cette proximité a été l’axe essentiel de la mise en scène.
Les deux bonimenteurs, comme dans les baraques foraines voici plus d’un siècle, par des dialogues (écrits par Méliès), des commentaires techniques et historiques qui replacent les films dans leur époque ou des extraits d’interviews de Méliès, attirent, racontent, bruitent, et donnent à comprendre ce qui se passe à l’écran.
Les deux pianistes, de l’autre côté du mur écran, en miroir (un de plus…) avec les bonimenteurs et comme eux, regardent l’écran et le film leur est partition, ponctuée de bruitages.
À eux quatre, ils sont l’orchestre qui accompagne Méliès, le ténor muet.

Le magicien d’aujourd’hui semble sortir de l’écran. Ses interventions rythment la projection, actualisant les numéros de leur grand ancêtre, éternellement jeune et qui lui ressemble comme un frère. Comme Méliès, il joue avec le public, les bonimenteurs et les musiciens, et fait semblant de se jouer d’eux, accompagnant le regard que tous portent sur l’écran. Anne Quesemand

Melies S Solustri 1571


Note d’intention du compositeur

Inventer, composer de la musique, à partir des films de Georges Méliès, c’est passer de l’autre côté du miroir.
Après avoir « crevé » l’écran, Méliès souffle, aux musiciens que nous sommes, les croches et les noires, les mélodies, les tempi. C’est comme s’il fallait se laisser guider par le charme extraordinaire, l’humour, la fantaisie et le merveilleux de ses films, qui sont en soi, de véritables partitions musicales.
Méliès, au-delà de l’espace et du temps, entre, sans frapper, dans nos esprits, nos rêves les plus fous en nous invitant à écrire une valse pour Excelsior, une musique humoristique à quatre temps pour Les nouvelles luttes extravagantes, ou encore une musique en boucle pour Le déshabillage impossible.

Quand on a goûté, une seule fois, avec un piano, à l’univers de Georges Méliès, on ne peut plus s’en passer, car ses films ont une âme : ils ne nous laissent pas tranquilles et provoquent un trouble de la pensée qu’aucun remède, j’espère, ne pourra jamais calmer. Laurent Grynszpan

Les Pianistes

Laurent Grynszpan

Laurent Grynszpan est pianiste, compositeur et professeur agrégé de musique.
Il apporte sonoriginalité aussi bien à la musique classique, avec Souvenirs de la belle époque (Koka Media), unrépertoire inédit pour piano à quatre mains avec Betsy Schlesinger, qu’à la musique traditionnelle qu’il orchestre pour l’album Jacinta, Autres Chansons Yiddish (Ocora Radio France).
Il compose pour l’image, notamment la musique du film Tzedek, les Justes de Marek Halter et improvise pour le film muet Travail d’Henri Pouctal (1919), adapté du roman de Zola.
En Mai 2007, il crée son premier conte musical A la recherche des étoiles au Théâtre Sylvia Monfort qui est repris en juin 2008 à l’Auditorium Saint Germain à Paris.
L’Ecole Nationale de la Vallée de Chevreuse lui commande un conte musical pour voix, cordes et piano qui sera représenté le 16 juin 2010 à Orsay.
Il a participé à de nombreux festivals de musique en Europe et son oeuvre est jouée dans le monde entier.

Betsy Schlesinger

Betsy Schlesinger, pianiste américaine, lauréate de la Fondation Menuhin, est diplômée de l’Eastman School of Music et de l’Université de Yale.
Elle est venue à Paris grâce aux bourses Harriet Hale Woolley et Nadia Boulanger attribuées par la Fondation des Etats-Unis et l'Ecole d'Art américaine de Fontainebleau. Elle travaille alors avec Gaby Casadesus, Vlado Perlemuter, Noël Leeet Paul von Schilhawsky.
Elle aborde aussi bien le répertoire contemporain, qu’elle interprète dans des festivals tels queBerlin, Cologne ou Paris, que le répertoire classique où elle a été particulièrement remarquée,notamment à Jérusalem, Tel-Aviv, et au Théâtre des Champs-Élysées dans des oeuvres de Mozart.
Elle enregistre le disque Recueil de Pierres vives, pièces pour piano solo du compositeur Joël Wissotzky (Cezame Argile) et Souvenirs de la Belle Epoque (Koka Media) avec son mari, le pianiste et compositeur Laurent Grynszpan. Avec le baryton Frédéric Goncalves, elle enregistre le dernier cycle de Lieder de Schubert, Le Chant du Cygne pour France Musique. Betsy Schlesinger est professeur de piano et directrice associée du Conservatoire américain / Ecole Koenig à Paris.

Les Magiciens

Abdul Alafrez

Son apprentissage des techniques secrètes ayant commencé très tôt, c’est à 22 ans qu’il fut jugé apteà exercer l’art mystérieux, et à recevoir un nom : Abdul Alafrez, en hommage à ses maîtres.
Son activité est d'une grande variété : spectacles en chair et en os, conception et réalisation d’effetsspéciaux et d’illusions, pédagogie et publications magiques pour :
Théâtre : Anatoly Vassiliev, Lucian Pintilié, Andreï Serban, Julie Brochen, Stuart Seide, PierrePradinas, Michel Dydim, Jacques Nichet, Michel Rostain, Jean Luc Moreau, Alain Sachs, AndréEngel, Jérôme Savary, Yves Robert.
Danse : Ballet-théâtre de l’Arche, Maguy Marin, Dominique Boivin, Luc Petton, Philippe Découflé.
Musique : Don Cherry, Charlie Haden, Trilok Gurtu, Lounge Lizards, Joseph Racaille, MichaelRiessler, Porthmouth symphonia, Michel Legrand, Jean Marc Padovani, Henri Texier, DenisLevaillant, ARFI, le Quatuor, Joseph Racaille, Thomas Fersen, Rita Mitsouko.
Lieux chics et personnalités considérables : La Tour d’argent, le Palace, Musée d’art moderne dela Ville de Paris, Casino de Deauville, la Vigie de Monte-Carlo, Palais de l’Elysée, ComédieFrançaise, Théâtre Musical de Paris, Théâtre de la Ville, Théâtre des Champs Elysées, Opéracomique, Stade olympique de Munich, Kunsthalle Berlin, Tokyo Metropolitan art space, Familleroyale d’Arabie Saoudite, Familles princières de Monaco et d’ailleurs, François Mitterrand, Princede Saxe…
Il considère chacun de ses spectacles comme un pas de plus vers son double but : réhabiliter un art injustement méconnu et devenir maître du monde.

Anaël

Très jeune, sa passion pour le cinéma le conduit vers la magie, à l'inverse de Méliès.
Il pratique aussi bien une magie de scène qu'une magie rapprochée et présente ses créations dansdes théâtres, des festivals, chez des particuliers, en France et à l'étranger (Afrique du Sud, Maroc,Portugal, Suisse,…) :
Anaelovitch : Numéro visuel et magique de 8 minutes, évocation de la guerre froide de Russie(2009)
La nuit magique d'Anael : Comédie magique jeune public, spectacle d'une heure (2007).
Le salon fantastique : Numéro visuel et magique de 8 minutes en hommage à Robert Houdin(2004).

Paul Maz

Depuis 1998 Paul MAZ avec la Compagnie "Le Souffle Magique" écrit, met en scène et interprète des spectacles destinés au jeune public : Le Souffle Magique , Abracabaret, Le Magicien de Papier… Ces spectacles allient la magie au conte, à la musique vivante, à la poésie, au mime…
Après plusieurs années passées à l’école de Théâtre de Fontenay sous Bois, dirigée par la metteuse en scène Danièle Bouvier, et une année à travailler avec la compagnie théâtrale « la Semilla » Paul MAZ a poursuivi sa formation de comédien/magicien à la Ligue Française d’Improvisation à Paris,à la Fédération Française des Artistes Prestidigitateurs, puis au Centre International de Prestidigitation et d’Illusion à Blois. Il a suivi également les cours de l’école de mime de l’Atelier de Belleville, à Paris, dirigée par Ivan Bacciochi.

Sylvain Solustri

Né dans un wagon du Transsibérien entre Vladivostok et la Saint-Jean d’hiver (chère à AntoineBlondin), le Magicien Sylvain est le fruit des amours coupables d’un cardinal ultramontain et d’unecomtesse roumaine de la première moitié du XIIe siècle, restaurée au XVe, grâce aux largesses du Saint-Siège, et vivement recommandée aux touristes par le guide Michelin.
Silvano Solustrissimo von Frankenstein (c’est son véritable nom) a vu le jour avant terme en pleine guerre froide. Nul ne sait à la suite de quelle circonstance il fut mis en nourrice chez un soprano de la chapelle Sixtine, mais on soupçonne que son père, le cardinal, a usé de son influence pour le pousser dans cette voie sacrée.
A l’âge de douze ans, il découvre dans la table de nuit de sa tante Victor deux ouvrages qui vont bouleverser sa vie : L’Art du Contrepet de Luc Etienne et La prestidigitation sans bretelles de Robert Boudin. Il les dévore en une nuit. A l’aube, sa décision est prise : il sera magicien ! La gloire arrive enfin avec des spectacles comme : Devenez magicien en 2 heures, écrit en collaboration avec Fernand Majasque, Si tu touches à ma colombe ou encore l’indémodable T’assieds pas sur ma baguette magique.
En 2009, malgré sa promesse au juge des libertés conditionnelles, il monte une nouvelle escroquerie : son site internet. Les victimes sont nombreuses !

L'Equipe

Mise en scène : Anne QUESEMAND
Compositions originales : Laurent GRYNSZPAN
Piano : Laurent GRYNSZPAN et Betsy SCHLESINGER
Magiciens : Abdul ALAFREZ, ANAËL, Paul MAZ, Sylvain SOLUSTRI
Texte, jeu, accordéon, bugle : Laurent BERMAN et Anne QUESEMAND
Projection / Régie / Accordéon : Samuel ZUCCA
Diffusion / Presse / Relations publiques : Catherine SCHLEMMER
Couverture photographique : Jean-Pierre Berman, Samuel ZUCCA
Affiche : Laurent BERMAN

Contacts

Chargé de communication : Michael Kitaïevitch ( michael.kitaievitch2 at gmail.com )
Administration : Cie du Théâtre à Bretelles : 01 45 31 33 11aqlb at club-internet.fr
Technique : Samuel Zucca : 06 72 15 33 72samzucca at gmail.com
Metteur en scène : Anne Quesemand : 01 47 07 22 11 (répondeur) vieillegrille at gmail.com https://www.vieillegrille.fr